Parcours Recherche et enseignement

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Formation

Actualités

    • Journées d'immersion à l'UPPA du 22 au 26 octobre 2018

      Inscriptions du 1er au 7 octobre - L'Université propose aux lycéens de terminale de venir suivre des cours parmi ses étudiants afin de découvrir les formations et l'environnement de travail universitaire.

      Lire la suite

    • UE Libres

      Du 10/09/2018 au 23/09/2018 vous devez vous inscrire à une UE libre pour les semestres impairs (S3, S5).

      Lire la suite

Trouver une formation

Vous êtes ici :

Parcours Recherche et enseignement

Présentation

Présentation

C'est un parcours généraliste, assurant une formation historique de base et ouvrant à de multiples voies après l'obtention de la licence.

Programme

Contenu de la formation

LICENCE 3 SEMESTRE 5
Parcours Recherche et enseignement

 

■ UE 1 Histoire moderne
Histoire de la Révolution française (années 1770-1804)
Frédéric Bidouze (maître de conférences en histoire moderne)

Ce cours a pour vocation de terminer l’histoire moderne (de l’Ancien Régime) et d’introduire l’histoire du monde contemporain jusqu’à la fin du Consulat en 1804. La période la plus importante est néanmoins celle qui va de 1787-1789 à 1795.

Cours magistral : Organisé en 12 cours de 2h, l’UE aborde le passage de l’Ancien Régime à la Révolution dans un cadre français mais également à l’occasion « occidental ». L’approche de la Révolution (1789-1799) et du Consulat (1799-1804) est délibérément chronologique afin d’appréhender les différentes phases d’une immense période matricielle politiquement, culturellement et religieusement. Cette époque a entamé un long processus de fondation dans la loi d’un corps politique d’individus libres et égaux qui ne s’achève véritablement qu’à l’aube des années 1880: citoyenneté, démocratie, droits de l’homme, république… sont autant de termes qui connaissent des bouleversements profonds et qui se définissent progressivement en traversant des régimes politiques très différents : Monarchie constitutionnelle (1789-1791), République jacobine (1792-1795), République « bourgeoise » dite thermidorienne, poursuivie par le Directoire (1795-1799) et le Consulat de Napoléon Bonaparte (1799-1804), sont des étapes essentielles qui construisent la culture politique française du XIXe siècle et celle des siècles suivants.

Les Travaux dirigés : organisés en 12 séances, ils déroulent la chronologie du cours en l’illustrant par des thèmes et des exemples représentatifs des mutations de cette période, sans oublier les grands débats historiographiques auxquels la Révolution a donné lieu jusqu’à nos jours. Les étudiants sont amenés à réaliser des travaux qu’ils présentent à l’oral et ils préparent à chaque séance les exercices demandés. 

Bibliographie

Manuel de référence :

- Biard (Michel) et Dupuy (Pascal), La Révolution française : dynamiques et ruptures 1787-1804, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2e édition,  2008, 352 p. Une chronologie indispensable au suivi du cours et des TD.

Ouvrage de référence :

- Martin (Jean-Clément), Nouvelle histoire de la Révolution française, Perrin, 2012. (Ouvrage assorti de la bibliographie exhaustive par chapitre et en fin de volume pour les travaux dirigés).

- Tackett (Timothy), Anatomie de la Terreur, le processus révolutionnaire, 1787-1793, Seuil, l2018.

Pour une première approche avant la rentrée universitaire, voir les deux articles exhaustifs de l’Encyclopedia Universalis :

- « Révolution française : en bref/repères chronologiques/ Révolution française »

- « Historiographie de la Révolution française : Chartier Roger/ Darnton Robert/Furet François/ Révolution française »

----------------------------------------------------------

■ UE 2 Histoire contemporaine
La France et les Français d’une crise à l’autre : années 1930 - années 1970
Laurent Dornel (maître de conférences en histoire contemporaine)

Le cours propose d’envisager une séquence particulièrement intense et contrastée de l’histoire de France, celle qui va de la crise des années 1930 à l’autre grande crise, celle des années 1970. Cette période, marquée par de fortes ruptures, est en effet riche en contrastes ; elle connaît certes des moments de croissance économique (les « Trente Glorieuses ») mais semble marquée par un état de crise permanent : crise générale (économique, sociale et politique) des années trente (antiparlementarisme, ligues, antisémitisme, etc.) ; profonde crise pendant la Seconde Guerre mondiale (disparition de la République, collaboration avec l’ennemi, etc.) ; crise de l’immédiat après-guerre (retour des déportés, épuration, naissance d’une nouvelle République, etc.) mais qui apparaît, comme souvent avec les crises, comme un moment de renouveau. La IVe République, si elle permet à la France de retrouver une indéniable croissance économique, n’en reste pas moins marquée par une instabilité politique permanente, une culture de guerre froide clivante, et notamment par les guerres de décolonisation. La Ve République apporte la stabilité institutionnelle espérée, achève la décolonisation et surtout renforce la vocation européenne de la France ; mais les années 1960 sont celles d’une accélération des transformations sociales (immigration, fin des paysans, apogée de la « France ouvrière », début de l’affirmation des femmes et des jeunes comme acteurs politiques). La crise économique des années 1970 – que l’on interprète souvent de nos jours comme  le début de la mondialisation – touche un pays qui connaît déjà de puissants blocages (Michel Crozier, La société bloquée, 1970), mais est marquée par des effets délétères : le chômage de masse devient structurel, les « corporatismes » s’exacerbent, le néo-fascisme s’installe durablement (Front national, Parti des Forces Nouvelles) et la France n’échappe pas aux « années de plomb ».

Le cours magistral sera accompagné de TD qui permettront d’approfondir un certain nombre de thématiques.

Première bibliographie

(une bibliographie plus complète sera donnée au premiers cours)

- Agulhon (Maurice), La République de 1880 à nos jours, 2 vol., Hachette, 2011 (1990).

- Agulhon (Maurice), Nouschi (André), Schor (Ralph), La France de 1914 à 1940, Nathan, 1993 ; et La France de 1940 à nos jours, Nathan, 1995.

- Berstein (Serge) et Milza (Pierre), Histoire de la France au XXe siècle, Complexe, 1985.

- Lequin (Yves), Histoire des Français XIXe-XXe siècles, 3 vol., Colin, 1983-1984.

- Nora (Pierre), Les Lieux de mémoire, Gallimard, 1984-1993.

- Schor (Ralph), Histoire de la société française, Belin, 2004.

- Sirinelli (Jean-François), La France de 1914 à nos jours, PUF, 1993.

- Zeldin (Theodore), Histoire des passions françaises (5 vol. : Ambition et Amour Orgueil et intelligence Goût et corruption ; Colère et politique Anxiété et hypocrisie), 1980-1981 (en anglais entre 1973 et 1977), paru en poche Petit Bibliothèque Payot en 2002.

----------------------------------------------------------

■ UE 3 Compétences transversales

 

□ Culture numérique

Le cours s’arrêtera sur les principaux outils de le bureautique et leur utilisation dans le cadre de l’histoire : mise en forme d’un texte, utilisation d’un tableur et traitement de données, constitution d’un diaporama… En dehors de quelques notions théoriques, il sera essentiellement composé de travaux pratiques d’entrainement.

 

□ Langue vivante

À choisir entre : allemand, anglais, basque, espagnol, occitan, portugais, russe.  Un second choix de langue est possible en UE Libre ou en UECF.

----------------------------------------------------------

■ UE 4 Approche d’une spécialisation (2 EC au choix)

 

□ Atelier de l’historien (anthropologie et histoire contemporaine)
Patricia Heiniger-Casteret (maîtresse de conférences en anthropologie) et Victor Pereira (maître de conférences en histoire contemporaine)

Recommandation : Recherche.

La moitié du semestre est consacrée à des TD permettant de découvrir divers types d’archives relatives aux années 1815-1939 (archives publiques, fonds privés).

L’autre moitié est vouée à l’anthropologie et à « L’histoire orale ». Ce cours abordera le témoignage oral comme source de l’histoire, des comportements sociaux et culturels à travers le temps. Nous nous arrêterons sur l’intérêt qu’il suscite depuis le développement des outils d’enregistrement et la place qu’il occupe dans la recherche amateur et la recherche scientifique.  

Les questions concrètes de l’enquête de terrain, du traitement de la donnée orale ainsi que les points juridiques de la protection du document et du respect des témoins, seront abordés dans le cadre d’un exercice d’enquête qui sera demandé à chaque étudiant.

Bibliographie

Histoire contemporaine :

- Bastien (Hervé), La France contemporaine (XIXe-XXe s.), méthode pratique pour la recherche historique, Paris, 1995.

- Delsalle (Paul), dir., La recherche historique en archives, XIXe-XXe siècles, Paris, 1996.

L’histoire orale :

- Arborio (Anne-Marie) et Fournier (Pierre), L’enquête et ses méthodes : l’observation directe, Nathan Université, Paris, 2001.

- Blanchet (Alain) et Gotman (Anne), L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Nathan Université, Paris, 2000.

- Descamp (Florence), L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2005

- Singly (François de), L’enquête et ses méthodes : le questionnaire, Nathan Université, Paris, 2000

Sites de documentation en ligne :

- AFAS : Association Française des détenteurs de documents Audiovisuels et Sonores :  http://afas.images.org/

- Association des Archivistes Français : www.archivistes.org

- Descamps (Florence), « L’entretien de recherche en histoire : statut juridique, contraintes et règles d’utilisation », Histoire et politique. Politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po, no 3, novembre-décembre 2007.
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=03&rub=autres-articles&item=24.

- Descamps (Florence) et Ginouvès (Véronique), à propos du Carnet de recherche Éthique et droit en SHS sur Hypotheses.org : http://phonotheque.hypotheses.org/10530

- Le Draoullec (Ludovic), « L’utilisation des corpus oraux à des fins culturelles : quels contrats mettre en œuvre ? », Bulletin de l’AFAS – Association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuelshttp://afas.imageson.org/document622.html#tocto11

- Les archives orales : 

http://www.infodoc.flsh.uha.fr/microsites_libres/projets_2010/archives_orales/definition.html

 

□ Atelier de l’historien (histoire médiévale et histoire moderne)
Véronique Lamazou-Duplan (maîtresse de conférences en histoire médiévale) et Philippe Chareyre (professeur d’histoire moderne)

Recommandation : Recherche.

Après une brève présentation des sciences et techniques annexes en histoire médiévale et moderne (paléographie, diplomatique, sigillographie, numismatique…), des classements des archives, les séances, sous forme d’atelier,  initieront à la paléographie (lecture des écritures anciennes), apprentissage indispensable pour lire les documents manuscrits et inédits médiévaux et modernes. Cet atelier de paléographie sera couplé à des cours sur l’évolution des écritures au Moyen Âge et à l’Époque moderne, des supports des écrits, des modalités scripturaires (rapports texte/enluminure, fonctions de l’écrit…). Cet enseignement se poursuit en Semestre 6.

Bibliographie

Premières lectures :

- Chedeville (André), Merdrignac (Bernard), Les sciences annexes en histoire du Moyen Âge, PUR, 1998.

- Delort (Robert), Introduction aux sciences auxiliaires de l'Histoire, Colin, 1969.

- Delsalle (Paul), dir., La recherche historique en archives du Moyen Âge, Gap, 1995.

- Delsalle (Paul), dir., La recherche historique en archives, XVIe – XVIIe – XVIIIe s., Gap, 1993.

- Guyotjeannin (Olivier), Les sources de l’histoire médiévale, Livre de Poche, 1998.

- Solnon (Jean-François), dir., Sources d’histoire de la France moderne. XVIe, XVIIe, XVIIIe siècle, Larousse, 1999.

Manuels de paléographie (avec textes photographiés et transcrits) :

- Audisio (Gabriel), Bonnet-Rambaud (Isabelle), Lire le français d'hier (XVe-XVIIIe siècles), Colin, 1991.

- Bishoff (Bernard), Paléographie de l’Antiquité romaine et du Moyen Âge occidental, Paris, Picard, 1985

- Delsalle (Paul), Lire et comprendre les archives des XVIe et XVIIe s., Besançon, 2000.

- Gasparri (Françoise), Introduction à l’histoire de l’écriture, Louvain-la-Neuve, Brepols, 1994.

- Stiennon  (Jacques), Paléographie du Moyen Âge, Colin, 1973.

Trois sites internet précieux :

- Le site de l'École nationale des Chartes, paléographie en ligne interactive, THELEME (Techniques pour l'Historien En Ligne : Études, Manuels, Exercices) : www.enc.sorbonne.fr

- Le site des médiévistes français, site Menestrel (MEdiévistes sur l'interNEt Sources et Travaux En Ligne) : www.menestrel.fr/

- Pour la paléographie moderne : http://paleographie.ish-lyon.cnrs.fr/

 

□ Professorat des écoles (français)

Recommandation : Enseignement 1er degré (S5 ou S6).

Un semestre ou l’autre (éventuellement en alternance avec les mathématiques).

 

□ Professorat des écoles (mathématiques)

Recommandation : Enseignement 1er degré (S5 ou S6).

Un semestre ou l’autre (éventuellement en alternance avec le français).

 

□ Méthodologie des concours (CRPE et CAPES) : les écrits
Hélène Lérou (PRAG de géographie) et Dominique Bidot-Germa (maître de conférences en histoire médiévale)

Recommandation : Enseignement 1er et Second degré.

Dans cette UE sont travaillés les écrits pour le CRPE (constitution d’un dossier) et pour le Capes (dissertation et commentaire composé de documents), tant en histoire qu’en géographie.

Bibliographie

Sites de référence du ministère de l’Éducation nationale (programmes et rapports des jurys) :

- Premier degré : www.education.gouv.fr/siac1

- Second degré : www.education.gouv.fr/siac2

- Ressources pour la mise en œuvre des programmes : http://www.eduscol.education.fr/

Pour l’histoire :

- Millot (Vincent) et Wieviorka (Olivier), Méthode pour le commentaire et la dissertation historiques, Paris, A. Colin, 2011.

- Saly (Pierre) et aliiLa dissertation en histoire, Coll. « Cursus », A. Colin, 2012.

- Saly (Pierre) et aliiLe commentaire de documents  en histoire, Coll. « Cursus », A. Colin, 2012.

Pour la géographie :

- Tiffou (Jacky), Commenter la carte topographique  aux examens et aux concours, A. Colin, 2000.

- Zanin (Christine) et Tremelo (Marie-Laure), savoir faire une carte, Belin Sup, 2003.

 

□ Géographie : la mondialisation, du local au global ?
Hélène Lérou (PRAG de géographie)

Recommandation : Enseignement Second degré.

La notion de mondialisation est devenue centrale dans les programmes de géographie. Sa maîtrise par les candidats aux concours d’enseignement est indispensable. Dans un premier temps, on analyse la manière dont elle participe de l’organisation de l’espace à l’échelle mondiale, en interrogeant notamment le rôle des États et des firmes transnationales en qu’acteurs majeurs de la mondialisation. Dans un deuxième temps, à partir de l’étude des transports, on aborde la question de la mobilité. On se propose ainsi des caractériser les dynamiques de la mondialisation, à différentes échelles. Dans un troisième temps, des études de cas, à différentes échelles, permettent de mettre en évidence les formes d’articulations entre le local et le global.

L’évaluation repose sur un examen terminal, à l’écrit (3h).

----------------------------------------------------------

■ UE 5 Approfondissement disciplinaire (2 EC au choix)

 

□ Approches pluridisciplinaires de l’histoire
Jean-Luc Poueyto (chercheur associé en anthropologie, chargé de cours)

Recommandation : Enseignement Second degré (Capes) et Recherche.

Cet enseignement a pour objectif de familiariser les étudiants à des approches pluridisciplinaires de l’histoire qui sont nécessaires à la poursuite de leurs études (CAPES, Master, etc). Il traitera des liens que la « fabrique de l’histoire » est amenée à tisser avec différents domaines tels que l’anthropologie, la sociologie, la philosophie, la littérature, les arts plastiques… S’appuyant sur des exemples tirés de l’historiographie occidentale mais aussi des rapports que des sociétés (ici juives, tsiganes et africaines) entretiennent traditionnellement avec leur passé, cet enseignement traitera de concepts tels que celui de régime d’historicité, du mythe, de la tradition, du culte de l’origine, de l’écriture et de l’oral, de la mémoire et de la commémoration, du présentisme ou de l’accélération de l’histoire… Il fera appel aux travaux de chercheurs appartenant à des horizons scientifiques divers tels que François Hartog, Michel de Certeau, Michel Foucault, Paul Veyne, Pierre Nora, Serge Gruzinski, Hartmut Rosa, Jack Goody, Claude Levi Strauss, Johannes Fabian, Paul Ricoeur, Claude Lefort, Reinhart Koselleck , Gershom Sholem, Walter Benjamin…

Les modalités pédagogiques prendront la forme de présentations d’ordre magistral mais aussi d'approches relevant de la pédagogie active, ceci afin de favoriser une meilleure appropriation de l’enseignement par les étudiants. 

Bibliographie

Elle sera donnée à chaque séance, chacune traitant d’un sujet spécifique.

 

□ Mondes extra-européens
Mondialisation des échanges et sociétés coloniales (XVIe-XVIIIe siècles)
Olivier Caporossi (maître de conférences en histoire moderne)

Il s’agit de comprendre l’évolution de l’économie monde à l’époque moderne et la constitution des empires coloniaux par les puissances européennes après la découverte de l’Amérique (1492) et des routes maritimes vers l’Océan indien et l’Asie. Les volets socio-économiques et culturels qu’entrainent de nouveaux métissages sont au cœur de ce cours qui abordera aussi bien les expériences coloniales hispaniques, françaises, hollandaises, britanniques que leurs conséquences pour les populations locales, l’esclavage et la géopolitique à l’échelle mondiale 

Bibliographie 

Manuels :

- Butel (Paul), Européens et espaces maritimes (vers 1690_vers 1790), Bordeaux, PUB, 1997.

- Chaunu (Pierre), Les Amériques, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 1976.

- Dorigny (Marcel), Atlas des premières colonisations, Paris, Autrement, 2013.

- Hilaire pérez (Liliane), L’expérience de la mer. Les Européens et les espaces maritimes au XVIIIe siècle, Paris, Seli Arslan, 1997.

- Meyer (Jean), L’Europe et la conquête du monde, Paris, A. Colin, coll. U, rééd. 2009 (1990).

Généralités :

- Abenon (Lucien-René) et DICKINSON (John), Les Français en Amérique : histoire d’une colonisation, Lyon, PUL, 1993.

- Bennassar (Bartolomé), La America española y la America portuguesa (Siglos XVI-XVIII), Madrid, SARPE, 1985.

- Domingez Ortiz (Antonio), Estudios americanistas, Madrid, Real academia de la Historia, 1998.

- Ermitage (David) et Braddick (Michael J.), dir., The British atlantic World 1500-1800, New York, Palgrave MacMillan, 2002.

- Fohlen (Claude), Les pères de la révolution américaine, Paris, A. Michel, 1989.

- Haudrère (Philippe), L’empire des rois (1500-1789). L’aventure coloniale de la France, Paris, Denoël, 1997.

- Havard (Gilles) et Vidal (Cécile), Histoire de l’Amérique française, Paris, Champs-Flammarion, 2008.

- Favier (René), Les Européens et les Indes orientales au XVIIIe siècle, Paris, OPHRYS, 1997.

- Gruzinski (Serge) et Bernand (Carmen), Histoire du Nouveau monde, Paris, Fayard, 1991 (vol. 1) et 1993 (vol. 2).

- Gruzinski (Serge), Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La  Martinière-Points-Histoire, 2004.

- Lavallé (Bernard), L’Amérique espagnole de Colomb à Bolivar, Paris, Belin, 2004.

- Margolin (Jean-Louis) et MARKOVITS (Claude), Les Indes et l’Europe. Histoires connectées XVe-XXIe siècle, Paris, Gallimard, 2015.

- Mathieu (Jacques), La Nouvelle-France. Les Français en Amérique du Nord XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Belin, 1991.

- Subrahmanyam (Sanjay), L’empire portugais d’Asie. 1500-1700, Paris, Points, 2013.

 

□ Histoire des idées politiques de l’Antiquité à la Révolution française
Frédéric Bidouze (maître de conférences en histoire moderne)

Cet enseignement vise à faciliter l’apprentissage de la politique des temps contemporains en abordant des cadres chronologiques différents de l’Antiquité gréco-romaine à la Révolution française en passant par la chrétienté du Moyen Âge et la modernité de l’Ancien Régime. Idées politiques et/ou pensée politique, doctrines et idéologies, théories et pratiques politiques, tels sont avec leurs textes fondateurs, les jalons de cette UP de 24 h.

Bibliographie sommaire

Petit manuel très accessible :

- Guerrero (Nicolas), Systèmes politiques et histoire des idées, Sciences Po, Studyrama, 2012.

Manuel complet  :

- Nay (Olivier), Histoire des idées politiques, Armand Colin Coll. U, 2004.

Outil de travail :

- Raynaud (Philippe) et Rials (Stéphane), dir., Dictionnaire de philosophie politique, Puf Quadrige, 1996.

 

□ Anthropologie politique : État et mondialisation en Afrique
Abel Kouvouama (professeur d’anthropologie)

Programme

-  L’anthropologie politique et la notion de mutation

-  Historicités de l’Etat postcolonial en Afrique subsaharienne

 -  Reconfiguration de l’État, mondialisation, globalisation : les logiques d’acteurs

 - Les expériences d’invention/réinvention de la démocratie

 - Violences politiques et modalités de sortie de cris 

Présentation

L’anthropologie vise à dégager les lois générales de la vie en société, à partir d’une réflexion critique sur l’unité de l’homme appréhendé à travers différentes temporalités, et sous la diversité des cultures, des croyances et des pratiques. L’anthropologie politique s’intéresse de manière générale au fonctionnement du politique,  à ses modes d’expression dans ses rapports avec les autres instances de la vie sociale, religieuse et familiale, cela aussi bien dans de petites unités sociales que dans les grandes, dans le temps long et dans le temps court du présent. Il s’agira dans ce cours, tour à tour, de cerner de manière plus approfondie le champ de l’anthropologie politique dans le contexte de la mondialisation des rapports ; d’analyser le processus historique de formation de l’Etat en Afrique subsaharienne à travers les multiples négociations des rapports entre la sphère du public et la sphère du privé ; enfin de comprendre, dans le contexte de la mondialisation néo-libérale, les modes d’émergence d’acteurs privés, de réseaux  sociaux et les formes inédites de reconfiguration de l’État.

Bibliographie sommaire

- Abélès (Marc), Anthropologie de l’État, Paris, Colin, 1990.

- Appadurai (Arjun), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la mondialisation, Paris, Payot, 2015.

- Balandier (Goerges), Anthropologie politique, Paris, PUF, 1969.

- Bourdieu (Pierre), Contre-feux 2. Pour un mouvement social européen, Paris, Raisons d’Agir 2000.

- Copans (Jean), Développement mondial et mutations des sociétés contemporaines, Paris, A. Colin, 2006.

- Gemdev, Les avatars de l’Etat en Afrique, Paris, Karthala, 1997.

-  Gemdev, Mondialisation. Les mots et les choses,  Paris, Karthala, 1999.

- Kouvouama (Abel), « Réinvention démocratique en Afrique face aux enjeux du développement », in Démocratie, Culture et Développement en Afrique noire, Beauchamp Cl. Montréal/Paris, L'Harmattan, 1995, pp. 115-127.

- Kouvouama (Abel), Vivre à Brazzaville, modernité, crise au quotidien, Karthala, Paris, 1998.

- Kouvouama (Abel), Figures croisées d’intellectuels. Trajectoires, modes d’action, productions, Karthala Paris, 2007.

- Kouvouama (Abel), « Revendications démocratiques, violences politiques et sorties de crise en Afrique contemporaine », in C. Koné (éd.), Médiation et gestion des conflits. Essais sur les fins et les moyens pacifiques de sortie de crise, Franckfort, Peter Lang, 2011, pp. 169-182.

- Kouvouama (Abel), L’anthropologie dans un monde en mouvement. Le lointain et le proche, Paris, Paari, 2015.

- Lebeau (Yann) et aliiÉtat et acteurs émergents en Afrique, Paris, Karthala, 2003.

- Marie (Alain), L’Afrique des individus, Paris, Karthala, 1997.

Politique Africaine, « L’Etat  en voie de privatisation », n° 73, Paris, Karthala, 1999.

Revue du MAUSS, «Quelle « autre mondialisation » ?, Recherches n° 20, Paris, La Découverte-MAUSS, 2002.

Revue Internationale des Sciences Sociales, « Le temps de la démocratie », n°128, Octobre, Paris, Unesco, 1991.

- Smouts (Marie-Claude), dir., Le développement durable. Les termes du débat, Paris, Colin, 2005.

- Yengo (Patrice), Les mutations sorcières dans le bassin du Congo. Du ventre et de sa politique, Paris, Karthala, 2016.

- Ziavoula (Robert), Kouvouama (Abel) et Yengo (Patrice), Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques, Paris, Karthala, 2016.

 

----------------------------------------------------------

■ UE Libre

_________________________________________________________________

 

LICENCE 3 SEMESTRE 6
Parcours « recherche et enseignement »

 

■ UE 1 Histoire ancienne
L’Empire romain d’Occident à la fin de l’Antiquité
François Réchin (professeur en histoire et archéologie romaine) et Sébastien Cabes (chercheur associé, chargé de cours en histoire romaine)

Le cours portera sur la période qui s’étend de la fin du IIe siècle à la mort de Romulus Augustulus en 476. Le temps limité imparti à cet enseignement au regard de la longue période considérée nous conduira surtout à en repérer les événements marquants et à insister sur les rapports complexes existant entre les mondes romain et barbare. On s’attachera à cerner les facteurs à la fois internes et externes qui ont conduit l’Empire à trouver de nouveaux équilibres avant sa dislocation finale au profit des royaumes barbares.

Le propos sera centré prioritairement sur la partie occidentale de l’Empire, sans exclure naturellement la partie orientale lorsque cela sera nécessaire.

Bibliographie indicative

De façon à compléter les connaissances acquises en cours et en TD, les étudiants se reporteront aux manuels les plus usuels en la matière, comme par exemple :

- Lançon (Bertrand), Le monde romain tardif, Paris, 1992.

- Modéran (Yves), L’Empire romain tardif. 235-395 ap. J.-C., Paris, 2006.

- Petit (Paul), Histoire générale de l’Empire romain, t. 3, Seuil, Paris, 1974.

Quelques lectures complémentaires sont susceptibles d’aiguiser l’intérêt des étudiants pour cette période complexe et passionnante :

- Brown (Peter), Genèse de l’Antiquité tardive, Paris, 2001.

- Delaplace (Christine), La fin de l'Empire romain d'Occident : Rome et les Wisigoths de 382 à 531, Paris, 2015.

- Marrou (Henri-Irénée), Décadence romaine ou Antiquité tardive ? IIIe-VIe siècles, Paris, rééd. 1996.

- Veyne (Paul) Quand notre monde est devenu chrétien (312-394), Paris, 2007.

 

----------------------------------------------------------

■ UE 2 Histoire médiévale
Les femmes au Moyen Âge (VIe-XVe siècles)
Dominique Bidot-Germa (maître de conférences en histoire médiévale)

Le cours est consacré prioritairement à l’histoire des femmes médiévales et entend aborder quelques aspects de leurs vies entre le Ve et le XVe siècle. Mais il ne s’interdit pas d’aborder également l’histoire du genre, notamment par l’étude « de la création, de la diffusion et de la transformation des systèmes symboliques fondés sur les distinctions  homme/femme » (pour reprendre une expression de Didier Lett) dans la mesure où ces systèmes ont constitué des modèles de pensée et d’appréhension des individus et constituent encore, à bien des égards, les cadres fondateurs de l’entendement des différences de sexe et de genre dans notre société actuelle.

Il se décline en 12 CM et 12 séances de TD, organisées principalement autour de documents, textuels,  iconographiques et archéologiques.

Bibliographie indicative

(Une bibliographie détaillée sera donnée lors des CM et des TD)

Premières lectures :

- Bührer-Thierry (Geneviève), Lett (Didier) et Moulinier (Laurence), « Histoire des femmes et histoire du genre dans l’Occident médiéval », Historiens et géographes, n° 392, 2005, p. 135-146.

- Cassagnes-Brouquet (Sophie), La vie des femmes au Moyen Âge, Rennes, Éditions Ouest-France, 2009.

- Klapisch-Zuber (Christiane), dir., Histoire des femmes en Occident. Tome II. Le Moyen Âge, Paris, Plon, réed. 1991.

- Lett (Didier), Hommes et femmes au Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 2013.

I- Femme et religion : les modèles et canons chrétiens aux origines de l’infériorisation féminine

- Alverny (Marie-Thérèse d’), « Comment les théologiens et les philosophes voient la femme », La femme dans la civilisation des Xe-XIIIe siècles. Cahiers de civilisation médiévale, 20, 1977, p. 105-129.

- Barnay (Sylvie), La Vierge : femme au visage divin, Coll. « Découvertes Gallimard / Religions », Paris, Gallimard, 2000.

- Duby (Georges), Le chevalier, la femme et le prêtre. Le mariage dans la France féodale, Paris, Hachette, 1981.

̶ , Dames du XIIe siècle. Tome III : Ève et les prêtres, Paris, Gallimard, 1995-1996.

- L’Hermitte-Leclercq (Paulette), L’Église et les femmes dans l’Occident chrétien des origines à la fin du Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 1997.

- Pastoureau (Michel), « Ève, Marie, Venus. Images médiévales de la femme », dans Femmes. Mythologies, Paris, Imprimerie nationale, 1994.

- Schmitt (Jean-Claude), dir., Ève et Pandora. La création de la première femme, Paris, Gallimard, 2001.

II- Femme, pouvoir et savoir

- Autrand (Françoise), Christine de Pizan. Une femme en politique, Paris, Fayard, 2009.

- Bousmar (Éric), Dumont (Jonathan), Marchandisse (Alain) et Schnerb (Bertrand), dir., Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles, De Boeck, 2012.

- Duby (Georges), Dames du XIIe siècle. Tome I : Héloïse, Aliénor, Iseut et quelques autres, Paris, Gallimard, 1995.

- Flori (Jean), Aliénor d'Aquitaine : la reine insoumise, Paris, Payot, 2004.

- Gaude-Ferragu (Murielle),  La reine au Moyen Âge. Le pouvoir au féminin. XIVe-XVe siècle, Paris, Tallandier, 2014.

- Gouguenheim (Sylvain), La Sibylle du Rhin : Hildegarde de Bingen, abbesse et prophétesse rhénane, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.

- Le Jan (Régine), Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Picard, Paris, 2001.

Princes et princesses à la fin du Moyen Âge, Didier Lett et Olivier Mattéoni, dir., Médiévales, 49, automne 2005.

III- Femmes en société

- Bucaille (Richard) et Piponnier (Françoise), « la belle ou la bête ? Remarques sur l’apparence corporelle de la paysannerie médiévale », Ethnologie française, 6, 3-4, 1976, p. 227-232.

- Buchet (Luc), dir., La femme pendant le Moyen Âge et l’Époque moderne. Dossier de documentation archéologique n° 17, Paris, CNRS, 1994.

Famille (La), les femmes et le quotidien, XIVe-XVIIIe siècleTextes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, Isabelle Chabot, Jérôme Hayez et Didier Lett, dir., Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

Femmes, dots et patrimoines. Clio. Histoire, femmes et sociétés, 7, 1997.

- Lamazou-Duplan (Véronique), « Les femmes et le monde du travail à Toulouse aux XIVe et XVe siècles », dans Sources, travaux historiques, 25, 1991, p. 11-21.

- Mane (Perrine), « Images des femmes aux champs. Un regard sur l’iconographie du XIIIau XVIe siècle », dans Les femmes dans les sociétés ruralesEnquêtes rurales,  10, 2004, p. 31-58.

- Rossiaud (Jacques), Amours vénales. La prostitution en Occident, XIIe-XVIe siècles, Paris, Flammarion, 2010.

----------------------------------------------------------

■ UE 3 Approche d’une spécialisation (3 EC au choix)

 

□ Atelier de l’historien (histoire ancienne)
François Réchin (professeur en histoire et archéologie romaine) et Françoise Des Boscs (maîtresse de conférences en histoire romaine)

Recommandation : Recherche.

L’enseignement consiste à examiner les disciplines auxiliaires qui permettent de construire un discours historique tant en histoire grecque qu’en histoire romaine. Sont tour à tour étudiées : les sources écrites, dont l’épigraphie, l’archéologie et ses méthodes, la numismatique et les sources figurées (mosaïque, peinture et sculpture). L’approche est exclusivement historienne ; il s’agit de voir comment l’historien, par sa maîtrise et par la confrontation des sciences auxiliaires, parvient à écrire l’histoire.

Bibliographie indicative 

- Arnaud (Pascal), Les sources de l’histoire ancienne,  Belin Sup, 1995.

- Corbier (Paul), L’épigraphie latine, Sedes, 1998.

- Corvisier (Jean-Nicolas), Sources et méthodes en histoire ancienne, Paris, PUF, 1997.

- Depeyrot (Georges), La monnaie romaine (211 av. J.-C. – 476 ap. J.-C.), Éditions Errance, 2006.

- Lassère (Jean-Marie), Manuel d’épigraphie latine, 2 tomes, Paris, Picard, 2005.

- Rebuffat (François), La monnaie dans l’Antiquité, Paris, Picard, 1996.

- Sutherland (C.H.V.), Monnaies romaines, Fribourg, Bibliothèque des arts, 1974.

 

□ Atelier de l’historien (histoire médiévale et histoire moderne)
Dominique Bidot-Germa (maître de conférences en histoire médiévale) et Philippe Chareyre (professeur d’histoire moderne)

Recommandation : Recherche. Cet enseignement approfondira l’initiation à la paléographie lancée en Semestre 5. Pour la Médiévale, ces ateliers de paléographie seront combinés à des dossiers thématiques et à une présentation des archives en France et en péninsule ibérique. Certaines séances se dérouleront dans les dépôts d’archiveslocaux (Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques ou Usine des Tramways / archives municipales). En fonction des documents et dossiers thématiques sélectionnés, les séances donneront un aperçu de l’actualité de la recherche (les sources et leur traitement, questions de méthodes, les problématiques et leur renouvellement).

Bibliographie indicative 

(cf. Semestre 5 et indications données en cours).

 

□ Histoire et expressions culturelles
Les Réformes en Europe
Philippe Chareyre (professeur d’histoire moderne)

Recommandation : Recherche.

Le début de l’époque moderne voit l’Europe éclater selon plusieurs lignes de partage religieuses dont les impacts politiques conduiront à une recomposition des relations internationales dont les effets sont encore perceptibles de nos jours.

Les différentes vagues de rupture seront étudiées selon leurs spécificités en les replaçant dans le contexte politique européen. Les processus de « confessionnalisation » et de contrôle social qui en résultent seront également traités.

Bibliographie indicative

- Bonnet (Christian), Les affrontements religieux en Europe (début XVIe-milieu XVIIs.), Editions du temps 2008.

- Lemaitre (Nicole), L’Europe et les Réformes au XVIe siècle, Ellipses, 2008.

- Mayeur (Jean-Marie), Pietri (Charles), Vauchez L (André) et Vénard (Marc), Histoire du christianisme, t. 7 : De la Réforme à la Réformation (1450-1530), t. 8 : Le temps des confessions (1530-1620/1630), t. 9 : L’âge de raison (1620/1630-1750), t. 10 : Les défis de la modernité (1750-1830), Desclée de Brouwer, 1996-1998.

 

□ Professorat des écoles (français)

Recommandation : Enseignement 1er degré (S5 ou S6).

 

□ Professorat des écoles (mathématiques)

Recommandation : Enseignement 1er degré (S5 ou S6).

 

□ Méthodologie des concours (CRPE et CAPES) : les oraux
Hélène Lérou (PRAG de géographie) et Stève Bessac-Vaure (ATER en histoire contemporaine) 

Recommandation : Enseignement 1er et Second degré. Dans cette UE sont travaillés les oraux pour le CRPE (présentation orale du dossier professionnel) et pour le Capes (mise en situation professionnelle, principalement), tant en histoire qu’en géographie.

Bibliographie indicative 

Cf. Bibliographie : semestre 5

 

□ Géographie : La France en Europe
Hélène Lérou (PRAG de géographie)

Recommandation : Enseignement Second degré. La géographie de la France tient une place importante dans les programmes de géographie. Une bonne maîtrise des connaissances de ce territoire par les candidats aux concours d’enseignement est indispensable. Comprendre la géographie d’un territoire permet, notamment, d'y prendre pleinement sa place en tant que citoyen, en lien avec les dynamiques de l'Union européenne. Nous en découvrirons les enjeux didactiques.

Dans un premier temps, les différentes modalités de construction du territoire français sont interrogées. Dans un deuxième temps, à travers une présentation des institutions françaises et européennes, on identifie les principaux acteurs de l’aménagement des territoires. Dans un troisième temps, à travers des études de cas, à différentes échelles, on dégage à l'échelle nationale, les grands traits de l’organisation de l’espace en France, en lien avec la construction d’un espace à l’échelle européenne, dans le cadre de la mondialisation.

L’évaluation repose un examen terminal (3h)

 

□ Didactique de la géographie pour les concours d’enseignement
Yves Poinsot (professeur de géographie) 

Recommandation : Enseignement 1er et Second degré. Cet enseignement vise à doter les étudiants d'une vision claire des fondamentaux de la géographie (décrire et expliquer l'organisation de l'espace, aux différentes échelles) afin que leur approche des questions aux concours de l'enseignement, des programmes de géographie du premier et du second degré, et des contenus qu'ils auront à enseigner, s'adosse à des repères disciplinaires simples, clairs et robustes.

Pour cela, il présente les questions et les épreuves aux programmes de concours, puis, par l'étude critique des manuels du second degré, balaye l'ensemble des contenus qu'on y enseigne, aux différents niveaux, pour dégager les fondements conceptuels et terminologiques de la discipline. Par une lecture comparée des manuels de différents éditeurs, il souligne la diversité des choix éditoriaux, et l'étendue des choix didactiques possibles, discutant les enjeux associés à la marge de liberté dont dispose l'enseignant dans le cadre des programmes.

----------------------------------------------------------

■ UE 4 Approfondissement disciplinaire (2 EC au choix)

 

□ Histoire des croyances
Les territoires pyrénéens au cœur des enjeux religieux de l’époque moderne
Philippe Chareyre (professeur d’histoire moderne)

Les territoires nord pyrénéens souverains, le Béarn et la Navarre ont dû faire face aux grands enjeux politiques et religieux qui traversent l’Europe de la Renaissance puis du XVIIe siècle, c’est-à-dire comment les mouvements globaux sont ressentis dans un contexte local. La capacité des princes mais aussi les populations à résister ou à s’adapter notamment dans leurs gestes et leurs croyances sera particulièrement étudiée de même que les réactions des fidèles face aux institutions religieuses et aux normes qu’elles produisent dans cette période de fracture confessionnelle.

Bibliographie

- Audisio (Gabrie), Les Français d'hier. Des croyants (XVe-XIXe siècle), Paris, Colin, 1996.

- Chareyre (Philippe), La formation d’un Etat protestant : Le Béarn au XVIe siècle, Pau, CEPB, 2010.

- Daussy (Hugues) et aliiLa Renaissance (1470-1560), Belin sup histoire, 2003.

- Issartel (Thierry), Les chemins de la tolérance en Béarn XVI-XVIIe s., Biarritz, Atlantica, 1999.

- Jouanna (Arlette), dir., La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, coll. « Bouquins », Paris, Robert Laffont, 2001.

- Lemaitre (Nicole), L’Europe et les Réformes au XVIe siècle, Paris, Ellipses, 2008.

- Muchembled (Robert), Société, cultures et mentalités dans la France moderne XVe au XVIIIe siècle, Colin/VUEF, Paris, 2003.

- Tucoo-Chala (Pierre) et Desplat (Christian), Histoire générale du Béarn souverain, Pau, Princi Negue, 2007.

 

□ Questions internationales et géopolitiques
Laurent Dornel (maître de conférences en histoire contemporaine)

L’objet des séances sera de comprendre l’évolution des relations internationales depuis la fin du XIXe siècle, d’en souligner les ruptures, les permanences et les principaux acteurs. Seront notamment analysés les rapports de force, les systèmes d’alliance, les doctrines géopolitiques ainsi que les conséquences des grands conflits, « chauds » comme « froids ». Les institutions internationales (ONU et ONG par exemple) et la question du terrorisme international seront l’objet d’une attention particulière et s’inscriront dans une réflexion plus globale sur les conditions d’un ordre mondial pacifique. À partir de l’année 2017-2018, le cours sera beaucoup plus centré sur la période post 1945, avec une attention plus soutenue aux transitions démocratiques des années 1980-1990.

Bibliographie

- Badie (Bertrand) et Smouts (Marie-Claude), Le retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Presses de Sciences Po/Dalloz, 1999.

- Boniface (Pascal), Le monde contemporain : les grandes lignes de partage, Presses Universitaires de France, 2001.

- Charillon (Frédéric), Politique étrangère. Nouveaux regards, Presses de Sciences-Po, 2002.

- Frank (Robert) et Girault (René), Turbulente Europe et nouveaux mondes, 1914-1941, Payot, 2004.

- Frank (Robert) et Girault (René), La loi des géants, 1941-1964, Payot, 2005.

- Gauchon (Pascal), Delannoy (Sylvie) et Huissoud (Jean-Marc), Dictionnaire de géopolitique et de géoéconomie, Presses Universitaires de France, 2011.

- Lacoste (Yves), Géopolitique, Larousse, 2009.

- Milza (Pierre), Les relations internationales  de 1918 à 1939, Armand Colin, 1995.

- Milza (Pierre), Les relations internationales, t.1 1945-1973 et t.2 1973 à nos jours, Hachette, 1996 et 1997.

- Moreau-Desfarges (Philippe), Introduction à la géopolitique, Seuil, 2005.

- Moreau-Desfarges (Philippe), Relations Internationales, Seuil, 2007.

- Renouvin (Pierre) et Duroselle (Jean-Baptiste), Introduction à l’histoire des relations internationales, Armand Colin, 1991.

- Smouts (Marie-Claude), Battistella (Dario) et Venneson (Pascal), Dictionnaire des relations internationales. Approches, concepts, doctrines, Dalloz, 2006.

- Smouts (Marie-Claude), Les nouvelles relations internationales. Pratiques et théories, Presses de Sciences-Po, 1998.

- Smouts (Marie-Claude), Les organisations internationales, Armand Colin, 1995.

- Vaisse (Maurice), Les relations internationales depuis 1945, Armand Colin, 2005.

- Vaisse (Maurice), La paix au 20e siècle, Belin, 2004.

- Vaisse (Maurice), La puissance ou l’influence, Fayard, 2009.

 

□ Anthropologie des mondes contemporains
Abel Kouvouama (professeur d’anthropologie)

Programme

 - Anthropologie du rite : rites sacrés, rites profanes et sociaux.

- Rites d'institution, rites de transgression

- Rites festifs et invention des sociabilités urbaines et rurales en France et ailleurs.

Présentation

Toutes les sociétés humaines accordent une place plus ou moins importante aux rites. Chaque groupe, chaque micro-société dispose de symboles utilisables lors de la mise en scène de soi et du groupe. Les rites, qu’ils soient profanes et/ou sacrés commandent un ensemble de conduites individuelles et collectives répétitives, ordonnées, le plus souvent codifiées, et nécessitent un support corporel, une adhésion des individus ou des groupes à des valeurs données: rites d'institution, rites de transgression; rites sportifs, politiques, religieux, sociaux, etc. On s’emploiera à comprendre, qu'est-ce qui justifie le recours aux rites? Puis, on tentera d’identifier la trame qui les relie, ainsi que la forme et la densité des réseaux d'interrelations et de sociabilités qui existent entre les individus et les groupes sociaux. A partir de différents apports théoriques et d’une analyse socio-anthropologique comparée des situations actuelles et du vécu des agents sociaux dans les sociétés européennes et africaines, on s’emploiera à comprendre les enjeux des mondes contemporains.

Bibliographie sommaire

- Augé (Marc), Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, 1994.

- Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

 - Bourdieu (Pierre),  La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éd. de Minuit, 1979.

- Bromberger (Christian), Le match de football, Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1995.

- Detrez (Christine), La construction sociale du corps, Paris, Seuil, 2002.

-  Kouvouama (Abel) et aliiVivre à Brazzaville Modernité et crise au quotidien, Paris, Karthala, 1998.

- Kouvouama (Abel), Modernité africaine. Les figures du politique et du religieux, Paris, Éd. Paari, 2002.

- Feuillet (Michel), Le carnaval, Paris, Cerf, 1991.

- Gennep (Arnold van), Les rites de passage, Paris, Éd. A. et J Picard, 1981.

- Goerg (Odile), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999.

- Le Breton (David), Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 1990.

- Mauss (Marcel),  Sociologie et anthropologie, Introduction de Cl. Lévi-Strauss, Paris, PUF, 1950.

- Maupeu (Hervé), Albert (Christiane) et Kouvouama (Abel), Intellectuels populaires : un paradoxe créatif, Pau, Presses Universitaires de Pau, 2007.

- Revue Rupture-Solidarité, « Rites et dépossessions », nouvelle série n° 5, Paris, Karthala, 2004.

- Ziavoula (Robert), Kouvouama (Abel) et Yengo (Patrice), Les Territoires du sacré. Images, discours, pratiques, Paris, Karthala, 2016.

__________________________________________________________________

Organisation de la formation

  • Semestre 1 (30 crédits ECTS)
    • UE 1 Histoire moderne
    • UE 2 Histoire contemporaine
    • UE 3 Compétences transversales
      • EC Méthodologie du travail universitaire
      • EC Langue vivante
    • UE 4 Découverte du domaine
      • EC Introduction à l'histoire
    • UE 5 Découverte de la mention
      • EC Anthropologie sociale et historique
      • EC Mondes ibériques modernes
      • EC Histoire culturelle contemporaine
      • EC Histoire de l'art contemporain
    • UE Option
  • Semestre 2 (30 crédits ECTS)
    • UE 1 Histoire ancienne
    • UE 2 Histoire médiévale
    • UE 3 Compétences transversales
      • EC Historiographie
      • EC Langue vivante
      • EC Projet personnel de l'étudiant
    • UE 4 découverte du domaine
    • UE 5 découverte de la mention
      • EC Anthropologie du fait religieux
      • EC Mondes ibériques contemporains
      • EC Histoire culturelle ancienne
      • EC Archéologie antique et médiévale
    • UE Libre
  • Semestre 3 (30 crédits ECTS)
    • UE 1 Histoire ancienne
    • UE 2 Histoire médiévale
    • UE 3 Compétences transversales
      • EC Méthodologie du travail universitaire
      • EC Langue vivante
      • EC Grandes oeuvres historiques
    • UE 4 Approche d'une spécialisation
      • EC Histoire culturelle médiévale
      • EC Anthropologie : modernité, développement
      • EC Mondes ibériques anciens
      • EC Géographie : politiques environnementales
      • EC Géographie humaine
      • EC Archéologie antique romaine
      • EC Archéologie du monde grec
      • EC Histoire de l'art moderne
    • UE Libre
  • Semestre 4 (30 crédits ECTS)
    • UE 1 Histoire moderne
    • UE 2 Histoire contemporaine
    • UE 3 Compétences transversales
      • EC Historiographie
      • EC Langue vivante
      • EC Culture numérique
      • EC Grandes oeuvres historiques
    • UE 4 Approche d'une spécialisation
      • EC Histoire culturelle moderne
      • EC Histoire économique
      • EC Anthropologie : espaces et cultures
      • EC Mondes ibériques médiévaux
      • EC Géographie : aires culturelles et mondialisation
      • EC Géographie : dynamiques agricoles et ressources dans le monde
      • EC Histoire de l'art contemporain
      • EC Habitat et vie privée (approche archéologique)
  • Semestre 5
    • UE 1 Histoire moderne
    • UE 2 Histoire contemporaine
    • UE 3 Compétences transversales
      • EC Culture numérique
      • EC Langue vivante
    • UE 4 Approche d'une spécialisation
      • EC Atelier de l'historien (histoire contemporaine et anthropologie)
      • EC Atelier de l'historien (histoire médiévale et histoire moderne)
      • EC Professorat des écoles (français)
      • EC Professorat des écoles (mathématiques)
      • EC Méthodologie des concours d'enseignement (CRPE et CAPES)
      • EC Géographie : la mondialisation, du local au global ?
    • UE 5 Approfondissement disciplinaire
      • EC Approche pluridisciplinaire de l'histoire
      • EC Mondes extra-européens
      • EC Histoire des idées politiques de l'Antiquité à la Révolution française
      • EC Anthropologie politique : Etat et mondialisation en Afrique
    • UE Libre
  • Semestre 6
    • UE 1 Histoire ancienne
    • UE 2 Histoire médiévale
    • UE 3 Approche d'une spécialisation
      • EC Atelier de l'historien (histoire ancienne)
      • EC Atelier de l'historien (histoire médiévale et histoire moderne)
      • EC Histoire et expression culturelle
      • EC Professorat des écoles (français)
      • EC Professorat des écoles (mathématiques)
      • EC Méthodologie des concours d'enseignement (CRPE et CAPES)
      • EC Géographie : la France en Europe
      • EC Didactique de la géographie pour les concours d'enseignement
    • UE 4 Approfondissement disciplinaire
      • EC Histoire des croyances
      • EC Questions internationales et géopolitiques
      • EC Anthropologie des mondes contemporains

Admission

Condition d'accès

Pour les étudiants en reprise d'études (interruption supérieure à 2 ans et/ou personnes de plus de 28 ans et/ou salariés et/ou demandeurs d'emploi) : contacter le service de la Formation continue (For.Co) pour confirmer votre statut de stagiaire de la formation professionnelle.

Et après

Insertion professionnelle

Quelques idées de débouchés professionnels

Après un bac +3 :

Les métiers du patrimoine et de la culture : Animateur(trice) du patrimoine, Guide-conférencier(ère), Médiateur(trice) culturel(le)

Après un bac +5 et plus :

Les métiers de l’enseignement et de la recherche : Professeur(e) d’histoire, Enseignant(e)-Chercheur(euse), historien(ne)

Les métiers du patrimoine et de la culture : Chef(fe) de projet culturel, Conseiller(ère) culturel(le), Conservateur(trice) du patrimoine                                   

Ces métiers peuvent s’exercer dans les structures suivantes : Éducation Nationale,administrations publiques, associations, instituts de recherche.

Quelques exemples de secteurs d'activité : enseignement, recherche, patrimoine.

Témoignages d'anciens diplômés

Consulter les témoignages d'anciens diplômés de licence Histoire à l'UPPA

http://ode.univ-pau.fr/fr/insertion-professionnelle/temoignages-d-anciens/licences/licence-histoire.html

Contact(s)

Composante