Les enjeux sociaux de l'image numérique

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Formation

Formation continue et reprise d'études

Formation continue et reprise d'études

Consultez la liste des formations proposées dans le cadre de la formation continue : formations diplômantes, certifications, préparations, formations courtes et formations sur mesure

Lire la suite

Actualités

    • Ouverture du Master 2 comptabilité, contrôle, audit (CCA) en alternance

      Experts comptables, commissaires aux comptes, professionnels du secteur, depuis bientôt trente ans l’IAE Pau-Bayonne travaille avec les professionnels de l’expertise comptable et de l’audit au bon développement...

      Lire la suite

    • UE Libres

      Janvier 2020 : Inscriptions aux UE libres.

      Lire la suite

    • Journées portes ouvertes à l'UPPAVenez découvrir votre future université !

      Programme et calendrier par campus.

      Lire la suite

    • L'UPPA déploie des robots de téléprésence au service de l'inclusion, de l'adaptation et de la formation d'excellence.

      Depuis plus de cinq ans, Laurent Gallon enseignant-chercheur à l'IUT des Pays de l'Adour et au Laboratoire d'informatique de l'UPPA (LIUPPA) travaille en partenariat avec le Service d'Aide Pédagogique...

      Lire la suite

    • Journée Infosup 2019

      Journée d'information sur les formations post-bac.

      Lire la suite

    • Salon Studyrama : Etudes supérieuresà Bayonne

      Maison des associations, 9h30/17h30 à Bayonne.
      En savoir plus et télécharger une invitation

      Lire la suite

Vous êtes ici :

Les enjeux sociaux de l'image numérique

Présentation

Enseignant : Jocelyn Lachance.

Ce cours a pour objectif d’analyser les tensions que les dispositifs de production, de diffusion et de réception des images numériques provoquent chez les individus dans un monde connecté (Gunther, 2015 ; Ritchin, 2017). Dans un premier temps, nous reviendrons sur ce que nous entendons par images numériques, et insisterons sur la relation ancienne que l’individu entretient avec l’image d’une manière générale. En nous appuyant notamment sur les travaux de l’anthropologue Hans Belting (2004), nous verrons qu’il semble difficile d’imaginer une humanité sans production d’image mentale et matérielle. L’un des objectifs du cours sera alors d’analyser ce que l’image numérique vient changer à ce rapport ancien et apparemment universel des individus aux images, en insistant sur l’exemple plus précis de la photographie numérique. Après avoir constaté que de nombreux questionnements en apparence inédits sont formulés depuis plusieurs décennies (Sontag, 1972 ; Becker, 2007 ; Benjamin, 2012), nous verrons, d’une part, que l’une des particularités du rapport de l’individu contemporain à la photographie numérique est de devoir se penser et se positionner dans un triple rapport de producteur, de diffuseur et de lecteur d’image (Koskinen & Kurvinen, 2002 ; Bationo & Zouinar, 2009) et que, d’autre part, ce même individu doit composer avec une nouvelle mise en visibilité de phénomènes ou d’actions invisibles avant l’ère des réseaux sociaux (Aubert, 2011 ; Lachance, 2016). En étudiant notamment la production, la diffusion et la réception d’image de terreur dans un contexte d’attentats terroristes, nous verrons comment l’individu est devenu le complice de la contamination de l’imaginaire par la propagation d’images déracinées de leur contexte initial d’intelligibilité (Delage, 2006 ; Lachance, 2017). Nous verrons aussi comment nous pouvons analyser la mobilisation de ces dispositifs de production, de diffusion et de réception de photographies numériques dans le contexte de la formalisation de l’identité et d’une recherche de reconnaissance passant notamment par la mise en scène du corps sur les réseaux sociaux (Schwarz, 2011 ; Lachance, 2013). Les questions de l’intimité à l’ère du numérique et l’usage des réseaux sociaux dans les rites de deuil (Julier-Costes, 2016 ;) seront également abordée afin d’interroger en quoi les traces numériques comportent, du point de vue méthodologique, des limites en tant que matériel d’analyse sociologique.

Bibliographie succincte :

- Aubert, N., Haroche, C. (2011). Les tyrannies de la visibilité, Toulouse, Erès.

- Bationo, A., Zouinar, M. (2009). « Les usages amateurs de la vidéo sur téléphone mobile », Réseaux, n° 156, 2009/4, pp.141-164.

- Becker, H.S. (2007). « Les photographies disent-elles la vérité ? », Ethnologie française, vol.37, n° 1, pp. 33-42.

- Belting, H. (2004). Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard.

- Benjamin, W. (1931). Petite histoire de la photographie, Paris, Allia.

- Delage, C. (2006). « Une censure intériorisée ? Les premières images des attentats du 11 septembre 2001 », Ethnologie française, vol. 36, n° 1, pp. 91-99.

- Delaunay-Téterel, H. (2010), « L’affichage public des amitiés. Le blog au lycée », Ethnologie française, n° 1, vol. 40, pp. 115-122.

- Gunthert, A. (2015). L’image partagée. La photographie numérique, Paris, Textuel.

- Julier-Costes, M. (2016). « Socio-anthropologie du deuil chez les jeunes. La mort d’un-e ami-e à l’ère du numérique », dans D. Jeffrey, - Lachance J., Le Breton D., Penser l’adolescence. Approche socio-anthropologique, Paris, PUF.

- Koskinen I., Kurvinen, E. (2002). « Message visuels mobiles. Nouvelle technologie et interaction », Réseaux, n° 112-113, pp. 107-138.

- Lachance, J. (2017). Les images terroristes. La puissance des écrans, la faiblesse de notre parole, Toulouse, Erès.

- Lachance, J. (2016). Adophobie. Le piège des images, Montréal, PUM.

- Lachance, J. (2013). Photos d’ados. À l’ère du numérique, Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/Hermann.

- Lachance, J. & Julier-Costes, M. (2017). « Le deuil dans un monde connecté. » Frontières, vol. 29, n° 1, (en ligne)

- Ritchin, F. (2010). Au-delà de la photographie. Le nouvel âge, Paris, Victoires Éditions.

- Schwarz, O. (2011). « Who moved my conversation? Instantmessaging, intertextuality and new regimes of intimacy and truth », Media, Culture & Society, vol. 33, n° 1, pp. 71–87.

- Sontag, S. (1972), Sur la photographie, Paris, Bourgeois.

 

Volume horaire

  • Cours Magistral : 10h

En bref

Contact(s)

Composante

Lieu(x)

  • Pau