Transition: concepts et théorie

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Formation

Formation continue et reprise d'études

Formation continue et reprise d'études

Consultez la liste des formations proposées dans le cadre de la formation continue : formations diplômantes, certifications, préparations, formations courtes et formations sur mesure

Lire la suite

Actualités

    • 1er master Erasmus Mundus de l'UPPA : ouverture des inscriptions Programme d'excellence européen : Environmental Contamination and Toxicology (ECT+) Erasmus Mundus Joint Master Degree

      En septembre 2020, l'UPPA ouvre son premier programme d'excellence Erasmus Mundus avec 6 autres universités européennes.

      Lire la suite

    • Rencontres du double diplôme de master : Performance, activité physique, santéAmphithéâtre du STAPS - Tarbes

      Le département STAPS en partenariat avec l'Université de Saragosse organise les rencontres du double diplôme de Master. Il s'agit d'un symposium ouvert aux professionnels et aux étudiants qui souhaitent...

      Lire la suite

    • Le Mois de la Formation tout au long de la vie : 1ère édition Venez nourrir votre projet professionnel ! #LeMoisFTLV

      Vous souhaitez reprendre vos études ? Vous reconvertir ? Débuter des études en alternance ?
      Participez au Mois de la Formation tout au long de la vie !
      Vous êtes étudiant ou enseignant ? Vous sont proposés...

      Lire la suite

    • Les stages en Chine suspendusJusqu'à nouvel ordre

      Attention : les stages en Chine sont suspendus jusqu'à nouvel ordre, conséquence de l'épisode de cas groupés de pneumonies associées au coronavirus (2019-nCov) dans la ville de Wuhan.

      Lire la suite

    • Journées portes ouvertes à l'UPPAVenez découvrir votre future université !

      Programme et calendrier par campus.

      Lire la suite

Transition: concepts et théorie

Présentation

Transition : concepts et théorie
Enseignant : Julien Mattern

                La notion de transition, bien que très à la mode actuellement, n’est pas neuve. Jean-Baptiste Fressoz a montré que le concept de « transition énergétique » est né aux États-Unis dans les années 1970, comme réponse « positive » au thème alors omniprésent de la « crise énergétique ». Il s’agissait surtout de rassurer la population, de garantir qu’il existait bien des solutions techniques, et que tout serait mis en œuvre pour les réaliser. L’idée de transition énergétique est devenue par la suite un thème central du discours prospectiviste en Occident.

                Mais cela faisait en réalité plus d’un siècle que les sociologues parlaient de « transition » pour décrire les transformations de leur époque et leur donner un sens. C’est pourquoi il n’est pas inutile, aujourd’hui, de revenir sur ce qu’implique l’usage de ce concept. En effet, même s’il a été utilisé dans des perspectives parfois divergentes, le mot renvoie presque toujours à l’idée que nous serions d’ores et déjà engagés dans un processus serein et consciemment assumé nous menant d’un stade de développement à un autre – en général vers une société qui serait tout à la fois de masse, technicienne et en harmonie avec la nature.

                Ce cours constitue une introduction à la réflexion sur les notions de « transition écologique » et de « transition numérique » traitées dans les cours suivants. Pour cela, on s’intéressera à quelques auteurs classiques de la sociologie française, en montrant le rôle décisif que le concept de « transition » joue dans leur approche théorique : transition vers l’« état positif » chez Auguste Comte, vers la « démocratie » chez Alexis de Tocqueville, ou encore vers « l’ère des foules » chez Gustave Le Bon. On insistera particulièrement sur les cas d’Émile Durkheim et de Georges Friedmann, chez qui le concept est un véritable pivot de toute leur approche théorique et pratique. Puis on verra comment il le terme et le cadre théorique associé se sont diffusés massivement dans la pensée prospectiviste à partir des années 1950. L’usage de la notion ne se limitant pas à la France, on fera quelques incursions en Allemagne avec Simmel, Tönnies et Weber, ainsi qu’aux États-Unis avec James Burnham, Daniel Bell ou encore Alvin Toffler.

                A contrario, on verra ce que peut signifier penser en dehors du cadre conceptuel de la transition : que ce soit pour insister sur la stabilité de certaines structures profondes de notre monde (comme dans certaines approches bourdieusiennes par exemple), ou à l’inverse pour pointer les logiques d’effondrement d’ores et déjà à l’œuvre en matière écologique et sociale (comme chez David Abram ou chez Servigne et Stevens par exemple).

Bibliographie succincte :

- BERLAN A., 2012. La fabrique des derniers hommes. Retour sur le présent avec Tönnies, Simmel et Weber, Paris, La Découverte.

- BURNHAM J., 1947 [1941]. L’Ère des organisateurs, Paris, Calmann-Lévy

- CHABOT P., 2015. L’Âge des transitions, Paris, PUF.

- DURKHEIM E., 1998 [1893]. De la division du travail social, Paris, PUF

- FOURASTIE J., 1949. Le grand espoir du XXe siècle ; Progrès technique, progrès économique, progrès social, Paris, PUF.

- FRIEDMANN G., 1950. Où va le travail humain, Paris, Gallimard.

- HOPKINS R., 2010 [2008]. Manuel de transition. De la dépendance au pétrole à la résilience locale, Montréal, Écosociété

- SERVIGNE P., STEVENS R., 2015. Comment tout peut s’effondrer, Seuil.

- TOFFLER A., 1974 [1970]. Le Choc du Futur, Paris, Denoël

- TOURAINE A., 1969. La société post-industrielle. Naissance d’une société, Paris, Denoël.

- WRIGHT MILLS C., 1997 [1959]. L’imagination sociologique, La Découverte.

Volume horaire

  • Cours Magistral : 10h

En bref

Contact(s)

Composante

Lieu(x)

  • Pau