Innovations technologiques et acceptabilité sociale

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Formation

Actualités

    • UE Libres

      Septembre 2019 : Inscriptions aux UE libres.

      Lire la suite

    • Journée Infosup 2019

      Journée d'information sur les formations post-bac.

      Lire la suite

    • Salon Studyrama : Etudes supérieuresà Bayonne

      Maison des associations, 9h30/17h30 à Bayonne.
      En savoir plus et télécharger une invitation

      Lire la suite

Trouver une formation

Vous êtes ici :

Innovations technologiques et acceptabilité sociale

Présentation

Enseignant : Sébastien Chailleux

Le cours vise à former à l’analyse des conflits en matière d’innovations technologiques en proposant la critique du courant de recherche sur la modernisation écologique et la place laissée aux dimensions sociopolitiques lors de la construction des projets qu’ils soient infrastructurels, environnementaux, énergétiques, industriels ou commerciaux. En partant d’une histoire du risque industriel et de la manière dont ont été traitées les conséquences de la modernité, nous aborderons comment les pratiques des porteurs de projets et leur vision du monde entrent en conflit avec certains publics. Le cours débute par la présentation du courant des déficits qui postulent pour un déficit de savoirs, d’attention ou d’intérêt pour la science pour expliquer la réticence du public face à certains savoirs scientifiques. Ce courant se retrouve également dans l’approche psychosociale adoptée à la fois par les décideurs politiques et les porteurs de projet qui repose sur ce qu’Elizabeth Shove appelle l’ABC qui consiste à ignorer à la fois les dimensions collectives des apprentissages humains et à présupposer du comportement et de l’attitude des publics visés (Shove 2010). En analysant par exemple comment les pratiques de consommation d’énergie sont imaginées dans des innovations comme le compteur-intelligent ou le contrôle de la température intérieur, le cours met en avant l’importance des scripts d’ingénieurs marquant les innovations technologiques. Enfin, le cours aborde comment cette vision du monde sociale influence une certaine définition de l’acceptabilité sociale comme une barrière à franchir et qui conduit à des conflits qui peuvent prendre des dimensions importantes comme autour des OGM, des nano technologies ou encore de la fracturation hydraulique. La restriction de l’acceptabilité sociale à un problème de Not In My BackYard ne permet pas de saisir l’ensemble des processus à l’œuvre lors de la contestation d’une innovation technologique qui interroge à la fois des risques parfois ignorés et les modes de gouvernance de l’innovation. L’intérêt même de la notion d’acceptabilité sociale pour les sciences sociales est posé puisque la multitude des définitions empêche souvent des conclusions convergentes.

Bibiographie succinte :

- Akrich M., Callon M., et Latour B. 2006. Sociologie de la traduction : Textes fondateurs, Paris, Presses de l’Ecole des Mines.

- Batellier P. 2016. « Acceptabilité sociale-Cartographie d’une notion et de ses usages », Montréal, UQAM.

- Bauer M., Allum N., Miller S. 2007. « What Can We Learn from 25 Years of PUS Survey Research ? Liberating and Expanding the Agenda ». Public Understanding of Science 16 (1) pp. 79‑95.

- Chailleux S. 2016. « Incertitude et action publique. Définition des risques, production des savoirs et cadrage des controverses ». Revue internationale de politique comparée 23 (4), pp. 519‑48.

- Chateauraynaud F., Torny D. 1999. Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque. Paris, Editions de l’EHESS.

- Fortin M-J., Fournis Y. 2014. « Vers une définition ascendante de l’acceptabilité sociale : les dynamiques territoriales face aux projets énergétiques au Québec ». Natures Sciences Sociétés 22 (3), pp. 231‑239.

- Fressoz J-B. 2012. L’apocalypse joyeuse: Une histoire du risque technologique. L’univers historique. Paris, Seuil.

- Joly P-B. 2001. « Les OGM entre la science et le public ? Quatre modèles pour la gouvernance de l’innovation et des risques ». Économie rurale 266 (1), pp. 11‑29.

- Macnaghten P. 2010. « Researching Technoscientific Concerns in the Making: Narrative Structures, Public Responses, and Emerging Nanotechnologies ». Environment and Planning A 42 (1), pp. 23‑37.

- Shove E. 2010. « Beyond the ABC: Climate Change Policy and Theories of Social Change ». Environment and Planning A: Economy and Space 42 (6), pp. 1273‑1285.

Volume horaire

  • CM : 10H

Examens

Contrôle Continu

En bref

Contact(s)

Composante

Lieu(x)

  • Pau